Écriture & Édition par Jean-Basile Boutak

Depuis quelques semaines, je me suis remis à écrire. D’abord grâce à ce blog puis très récemment en retravaillant un texte qui me tient à coeur. Ce dernier — un conte de Noël sous la forme d’une nouvelle fantastique — devrait être disponible dans les semaines à venir : commence donc à se poser pour moi la question du nom qui apparaitra sur la couverture de mes futurs chefs d’oeuvre. C’est la première fois que je vais confronter mes écrits à un lectorat élargi (enfin, j’espère) et j’ai envie de faire ça bien, de me couler dès à présent dans les bonnes godasses.

À l’état civil, je suis Jean-Baptiste, Marie, Patrick Bournisien. Même ramené à Jean-Baptiste Bournisien, ça fait long — 24 signes, espace comprise. C’est un nom encombrant sur une couverture de bouquin, ce n’est pas un nom particulièrement beau et d’expérience, c’est un nom qu’on retient mal : on me prénomme régulièrement Jean-Sébastien (la contraction du début de mon prénom et de la fin de mon nom, je suppose) et mon patronyme est régulièrement massacré en Bournissien, Bournizien quand ce n’est pas Barnizien… Ça fait beaucoup pour un seul homme. Comme je n’écris pas pour voir mon nom imprimé sur la tranche d’un livre ou affiché sur la fiche produit d’Amazon, cela fait longtemps que j’envisage d’avoir recours à un pseudonyme.

Malheureusement, je n’ai jamais réussi à me décider ou à trouver l’idée géniale qu’on adopte immédiatement. J’aimerai beaucoup garder mes initiales, JBB, comme je l’ai souvent fait pour mes pseudos sur internet (le plus courant étant gibet_b, ou plus récemment e-jbb). Comme j’écris et écrirai surtout de la SFFF ou du polar, je me suis dit que je pouvais anglicisé mon pseudo et j’ai pensé à Josh B. Bear, John B. Beard ou John B. Bendum. Ou un mix : John B. Bear, Josh B. Bendum, Josh B. Beard. Je n’arrive pas à me décider entre Josh, prénom que j’aime beaucoup, et John, qui est l’équivalent de Jean dans la langue de Shakespeare. Pour expliquer le reste, je suis un ours — de caractère et d’apparence —, je suis barbu et si on prononce à l’anglaise B. Bendum, ça fait référence à Michelin, Michelin à l’Auvergne, et je suis fier d’être auvergnat. Et, OK, j’aime les jeux de mots à deux balles. Tiens, à ce propos, pourquoi pas Josh B. Back ou plus subtile, John B. Bach ?

Mon problème, c’est que je ne sais trop quoi penser de toutes ces idées de pseudos, pas plus que de mon style ou de la qualité de mes histoires… À votre avis, c’est de l’Adobe (spéciale dédicace pour Jiminy Panoz) ? Pardon : c’est de la daube ? Ce problème me renvoie d’ailleurs à ma difficulté pour trouver le nom de mes personnages… Ne suis-je pas le premier d’entre eux ?

La parole est à vous, chers lecteurs adorés (spéciale dédicace aux adeptes du fayotage, qui se reconnaîtront) !

PS Vous aurez remarqué que je ne propose plus systématiquement mes articles au format ePub. Ils étaient peu téléchargés (mis à part celui proposé sur Feedbooks). Je continuerai à le faire néanmoins pour des textes plus longs. Et si je trouve le temps, je développerai un plugin WordPress qui me fera ça tout seul (les extensions existantes ne me conviennent pas).

À cette heure, 24 Réponses à ce billet.

  1. Jeff B. Balek dit :

    Jebb Borinn
    me demande pas pourquoi…

  2. Jeff B. Balek dit :

    tu veux vraiment savoir?

  3. Paumadou dit :

    Pourquoi pas JBB ?
    C’est court, ça se retient, on lit aussi bien en anglais qu’en français on a pas l’impression d’avoir à faire à un anglophone (y’en a que ça rebute)
    C’est sûr que Jean en anglais, ça passe pas vraiment masculin.

    (Sans rire ? Jean-Sébastien ? C’est pourtant moins courant que Jean-Baptiste…)

    • jbb dit :

      J’y ai pensé… mais je trouvais ça étrange, d’utiliser des initiales comme nom de plume. Tu as des exemples d’antécédents ?

      Pour Jean-Sébastien, c’est véridique, je ne compte plus le nombre de fois où cela m’est arrivé, c’est absolument dingue ! Et pour être honnête, c’est en écrivant cet article que j’ai enfin trouver une explication plausible… Comme Jean-Sébastien, je ne connais que Bach, justement 🙂

      • Paumadou dit :

        Je n’ai pas d’exemple (vu que je pense que PPDA n’est PAS un exemple) mais des gens qui utilisent leur pseudo habituel comme pseudo d’écriture, ça existe dans le monde numérique (je pense à G@rp)
        Ca t’éviterai de devoir te créer une « nouvelle image » différente de celle de ton blog, vu qu’il faut penser aussi à la promo.
        Genre moi, j’aurais dû publier sous le nom de Paumadou et pas sous mon vrai nom, parce que je galère parfois à faire le rapprochement des deux (certains internautes sont très lents à comprendre -_- et il est hors de question que je change mon compte twitter/mon url de blog et autres… ça fait 12 ans que je suis Paumadou, je vais pas changer ! 😉 )

  4. Sediter dit :

    Cher Jean-Sebastien Bernizio, votre problème m’a véritablement interpellé, c’est pourquoi, cher Jean-Bernisse, je tiens à vous aider, en espérant pouvoir apporter ma pierre à l’édifice pour que vous trouviez un pseudonyme autre que votre véritable nom : Jean-Boris Sebastio.

    Plus sérieusement, je trouve ça très intelligent de demander de l’aide pour cela, car j’avoue avoir le même problème, même si ce n’en est pas un dans l’immédiat. C’est d’autant plus frustrant que nos camarades auteurs Twittos ont tous des noms qui claquent : Balek, Panoz, B Wulf ! A ce propos, je remarque que le coup des deux syllabes fonctionne bien, à noter !

    Je partage l’avis de Pauline sur le côté anglo-américain du pseudonyme. Je pense que c’est presque un travers ! De ce que je sais, tu écris français, et vise donc une cible française. Il est vrai qu’un nom plus français ne te fera pas passer pour une pale traduction d’un auteur ricain, d’autant plus qu’un fier auvergnat ne s’appelle pas Josh dans l’esprit des gens !

    Je ne partage pas son avis à propos des pseudos internet. Pour ma part, JBB, JB ou des initiales du genres, cela ne fait pas vraiment sérieux, tout du moins c’est ainsi que je le perçois.

    Je connais et partage ton amour pour les jeux de mots (…foireux !), en revanche, c’est la même chose, je les perçois plutôt mal dans un pseudonyme. Non pas qu’ils fassent mauvais effet, mais t’appeler B Bendum te donne d’emblée l’image d’un blagueur un peu gauche, et je ne pense pas que cet esprit se reflète dans tes textes. Comprends bien que le mec qui se fait appeler Clowny la Blague sera mal perçu s’il écrit des textes dramatiques. Boris Vian pouvait jouer avec ses pseudonymes, Bison Ravi par exemple, parce que ça se reflétait dans ses textes. Evite de te cataloguer d’entrée en choisissant un mauvais pseudo.

    Autant pour les noms des personnages que pour le pseudonymes, je pense qu’il y a deux aspects importants : la sonorité et le sens. Sonorité, parce qu’il faut que ça claque, que ça en jette, mais aussi parce que les sons vont retransmettre des impressions. Sur le coup, je trouve ton nom très sonore : Jean-Baptiste Bournisien, c’est fort en « B », ça m’inspire la force tranquille. Balek en revanche finit sur un son sec, c’est rapide et brutal : Balek ! Cela donne une image plus sombre… pas très Plupesque ! 🙂

    L’autre aspect est donc le sens. Tu peux choisir de donner du sens à ton pseudo, comme à celui de ton personnage. Sur le coup, je rentre assez peu dans ce sens, mais s’il m’est déjà arrivée d’appeler une personnage Blanche pour inspirer la pureté. Le soucis, c’est que tous les Monsieur Connard ne sont pas des connards ! Et qu’en choisissant un pseudo trop marqué, tu risque de dégager d’emblée une certaine image dont il sera difficile de se défaire.

    Bref, le sens ne me paraît pas si important que cela, même s’il peut jouer, et ne doit pas, je pense, prendre le pas sur le reste. Tu es barbu c’est une chose, tu n’es pas pour autant obligé de t’appeler Le Barbu ! (quoi que c’est cool le Barbu !). Après, rien ne t’empêche de choisir un pseudo par le sens, mais de manière plus implicite. Reprendre un nom commun qui t’inspire, le nom d’un symbole de ta région, modifier un mot pour que la sonorité de ton pseudonyme rappelle vaguement ce mot…

    Des pseudos énoncés, mon préféré à été John B. Bach (malgré le jeu de mots), mais le nom Bach est déjà trop connu, et pour toi qui n’aime pas le Jean-Sebastien, c’est plutôt ironique…

    Bref, beaucoup de mal à te suggérer des idées puisque je ne suis pas dans ta tête, mais j’espère que mon interminable speech aura pu t’aider un minimum…

    • jbb dit :

      Pourquoi tu ne veux pas utiliser ton vrai nom ? Il est simple et court… Après, si tu préfères publier sous un pseudonyme pour que des personnes de ton entourage ne soit pas au courant de tes activités littéraires et te sentir davantage libre de ce que tu racontes, c’est aussi une bonne raison.

      Je suis assez d’accord avec toi, concernant JBB, mais je suis aussi d’accord avec Pauline qu’il ne faut pas trop perdre le lecteur ou celui qui lit ton blog, te suit sur Twitter. C’est pour cela que j’ai envie de garder un pseudo dont les initiales restent JBB… Comme ça, je garde la même URL et je change simplement le tire de mon site en, par exemple : « John B. Bach, écriture et lecture numérique ».

      Remarque judicieuse concernant les jeux de mots dans les pseudos… C’est tellement intelligent que je m’étonne de ne pas y avoir penser moi-même 😀

      Pour ce qui est de l’anglicisation du pseudo, c’est aussi possible de garder des noms plus français, comme Roland C. Wagner. Jean B. Bolars par exemple ? Ou Jérôme B. Bower ?

      • Sediter dit :

        Pour ce qui est de moi, c’est plutôt par envie de cloisonner deux mondes. Je n’ai pas du tout l’ambition de vivre de ma plume, et je suis par ailleurs plutôt pudique. Mais bon, ce sera à moi de réfléchir à tout ça !

        Pour les pseudos « plus français » que tu cites, je ne les trouve pas plus français en réalité. Bon, et l’initiale y joue pour beaucoup, je ne connais personne qui utilise de telles initiales en France ! Au final, à toi de voir ce que tu préfères.

        S’il s’agit de garder tes initiales, j’y vais de mes propositions (déclinables et déclinées) :

        Josh B. Beard
        Josh B. Beardy
        J. Bearded Bear

        Voire Jean B. Bournisien (au final ça ne me paraît pas si long !)

        Ou encore Justin B. Bear (je ne pouvais pas m’en empêcher celle-là ! )

  5. Pit dit :

    As tu pensé au nom de ta mère? Ou à un autre nom dans ta famille? Même chose pour le prénom. Ça aurait du sens.
    Et sinon :un nom anglo-saxon hm c’est un brin ridicule je trouve. Trouve toi un beau nom français!
    Bonne chance

    • jbb dit :

      Oui, j’ai pensé au nom de ma mère mais il est également très souvent massacré (c’est un nom grecque) et mon oncle publie également sous ce nom là. Le pseudo à consonance anglaise qui s’est déjà vu plusieurs fois chez des auteurs français reconnus, dans le domaine polar/sf notamment : Maxime Chattam/Willams, Thomas Day, Vernon Sullivan (Boris Vian). En gardant mon prénom et mes initiales, et en empruntant une partie du nom de jeune fille de ma grand-mère, j’ai pensé à Jean-Baptiste Bazeron (c’était Mazeron). J’arrive pas à être convaincu.

  6. Pit dit :

    Mazeron c est très beau
    Jb Mazeron
    Jean baptiste mazero
    Baptiste Mazeron, c’est très chouette aussi

  7. m.roch dit :

    Salut Jean-Baptiste !

    Pourquoi ne pas essayer de tourner autour de ton prénom composé ? Tu pourrais y croiser un certain Jean B. Batis, ou encore Jehan B. Tista…

  8. jbb dit :

    En tout cas, merci beaucoup à tous pour vos suggestions, idées, pistes de réflexions… Je n’en espérais pas tant et j’ai vraiment de la matière. Je vais y réfléchir encore un peu et je ne manquerai pas de vous faire savoir mon choix final.

  9. Jeff Bezos ?
    Comment ça déjà pris ?
    Sinon, tu n’as pas un prénom qui te fait particulièrement bicher ? Outre les consonances anglaises, françaises, grecques et tutti quanti, avoir un pseudo implique de se sentir bien, dans la peau de ton « personnage »… Ca sert à rien d’avoir un nom qui claque si tu n’es pas persuadé que c’est TOI.

    • jbb dit :

      Da, je suis d’accord avec toi ! C’est pour ça que je veux entre autres garder mes initiales, et qu’il y ait une petit raison au reste, que ce ne soit pas simplement choisi parce que ça sonne bien.

  10. Asia M dit :

    Yay, c’est vraiment rigolo ce blog et ses commentaires. 😀 Mais je te comprends parfaitement; moi aussi j’aime mon nom dans la vie civile, mais il n’est pas particulièrement glamour et apparemment l’orthographe ne va pas de soi (mais il est breton; tout le monde aime les bretons, non? LOL).

    D’après mon chum qui est anglo, « Josh » sonne juif. (Je l’avais cité comme équivalent anglo de « Élie » en français, ie un prénom juif qui est porté par des non-Juifs, et il trouvait que ça faisait quand même très juif.)

    J. B. + nom de famille commençant par un B, ça me semble un très bon compromis. D’ailleurs en France on rétrécit souvent Jean-Baptiste à « J. B. » à l’oral, non? Au Québec les noms composés sont légion, et ça se raccourcit toujours aux initiales, parfois prononcé dans un pseudo anglais. Jean-Sébastien, c’est « dji-ès », Jean-René, « dji-ar » (alors que le J en anglais est prononcé « djèy »), etc.

    • jbb dit :

      Je sais que Josh sonne juif 🙂 Tout comme Elie. J’ai d’ailleurs un de mes neveux qui s’appelle ainsi. Et son père s’appelle David, autre nom d’origine juive. Et ma marraine, même si je la connais à peine, est juive. Je vois pas bien le problème de porter un pseudo à consonance juif, à part peut-être de ne pas atteindre quelques lecteurs très xénophobes, ce qui ne me gène pas vraiment en fait.

      Le problème surtout de Josh, c’est que ça ne sonne pas français, et que visiblement, la plupart des gens trouve que c’est une mauvaise idée.

      Là, je suis sur Jean-Basile Boutak. C’est plus court que mon nom mais on retrouve « Jean-Ba Bou » et sauf erreur, Basile est le second prénom d’un de mes grand-père. Et j’aime bien la sonorité « Ak » qui me fait penser à « avoir la niaque » et qui me semble donner du mordant au pseudo.

  11. jbb dit :

    Pour ceux à qui cela aurait échappé, j’ai donc opté pour Jean-Basile Boutak. Pour l’explication, voir commentaire ci-dessus. J’ai l’impression d’être moi dans la peau d’un autre. Il faut aussi garder en tête que, même si le nom ne plait pas, l’important reste la qualité du texte. Mon but était surtout de trouver un nom plus court et moins enclin à être mal orthographié ou retenu.

  12. […] Apple et ses Apps, il y a un billet pour ça. Il n’y a donc pas d’explication à Boutak en particulier – si ce […]

Répondre


Attention : Les commentaires dont le nom/pseudonyme est trop anonyme (ex. : « anonyme » et ses déclinaisons) seront supprimés.