Écriture & Édition par Jean-Basile Boutak

Je n’ai pas encore abordé le sujet ici, mais je suis un grand amateur de série TV — sans toutefois avoir atteint la maitrise du sujet d’un Martin Winkler. Alors quand un livre numérique s’intitule La Boite de Schrödinger Saison 1 et que ce concept morsique se réclame de The Twilight Zone (La Quatrième Dimension en VF), je ne peux décemment pas passer à côté. 

La série américaine des années soixante était une anthologie d’histoires fantastiques qui a vu, entre autres, la participation à l’écriture des scénarios de Richard Matheson ou de Ray Bradburry. Walrus a voulu transposer cela dans le domaine de la littérature numérique en proposant une série de recueils de nouvelles fantastiques dont l’écriture de chaque tome sera confiée à un auteur différent. Le premier à s’y coller est Olivier Gechter.

Le recueil est structuré par thème, donc chacun fait l’objet d’un « pack » si on préfère acheter le recueil en plusieurs morceaux (mais il est bien sûr plus économique d’acheter l’intégrale, même si le premier pack est gratuit). L’idée est bonne et permet de donner encore davantage de cohérence à l’ouvrage.

Le contenu est tout simplement bon et tend vers l’excellent : La Mousse, Les chiens de Jean-Pierre, La route des pèlerins, le « la » naturel, Cinquième étage, porte gauche ou Le ferrovipathe sont de vraies petites merveilles de SFFF. Le style de l’auteur est très fluide, le vocabulaire précis, les dialogues réalistes et au final Olivier Gechter nous et se fait plaisir.

Pour l’anecdote, je me suis rendu compte en lisant le recueil que j’avais eu l’occasion de betâ-lire une des nouvelles sur Cocyclics : Le Pouvoir absolu n’est plus ce qu’il était. Et c’est finalement la nouvelle que j’ai le moins appréciée ! J’avais aimé l’idée, mais trouvé la mise en oeuvre maladroite à l’époque, et je ne change pas d’avis même si je sais maintenant que son auteur est capable de commettre de superbes textes.

Je suis maintenant curieux de voir ce que donnera cette série sur le long terme, impatient de lire la prochaine saison (ont-ils prévu une saison par an ? je ne sais pas) et ai très envie d’y participer.

À cette heure, 6 Réponses à ce billet.

  1. Ogechter dit :

    Merci pour la critique !
    Pour l’anecdote, le Pouvoir Absolue est ma nouvelle préférée et elle était finaliste au prix Zone Franche 2010. Finalement, Le Ferrovipathe et La Route des Pèlerins ont emporté la palme après de longues discussions. Comme quoi les avis autour de cette nouvelle sont très partagés.

    • jbb dit :

      Tu sais bien, sur notre planète, les goûts et les couleurs ça ne se discute pas ! 🙂 (pour les non-initiés, voir ici). N’empêche, encore une fois, mes problèmes avec « Le Pouvoir » ne viennent pas de l’idée, que je trouve très bonne, mais de l’écriture en elle-même. Je l’ai trouvé trop caricaturale de la Fantasy mais je suppose que c’était le but recherché. D’autant plus par rapport à tes autres textes, j’ai trouvé que c’était céder à la facilité… Ecrire quelque chose de plus « réaliste » aurait été plus difficile, mais aurait eu plus de gueule, d’après moi.

  2. Ogechter dit :

    Ça vient peut être du fait que je déteste la fantasy à 90%. Très difficile pour moi d’ecrire sérieusement sur le sujet. Je trouve tellement ridicule et caricatural ces méchants qui s’entourent d’orques et de Gobelins, ou de barbares puants pour détruire le monde. Que reste-t-il après, lorsque ces imbéciles ont gagné ? Ben je l’ai décrit dans ma nouvelle.

    En gros c’est plus un texte sur les travers du genre qu’une vraie nouvelle de Fantasy

    • jbb dit :

      Tu as été traumatisé par Le Seigneur des Anneaux ? 🙂 Jamais eu le courage de le lire pour ma part, mais j’ai bien apprécié les films, au moins en version courte.

      Je suis loin d’être un expert en fantasy mais il n’y a pas que des histoires avec des gobelins et des orques. C’est pas bien de caricaturer un genre comme ça. C’est un peu comme si on disait qu’il y avait des vaisseaux spatiaux dans toutes les histoires de SF 😀

      Et plus sérieusement, j’ai un projet de roman de Fantasy sans orques et sans gobelins, enfin normalement…

      Comme quoi, c’est à se demander si l’espèce ne serait pas menacée ? Ca pourrait être une idée de nouvelle, d’ailleurs.

      • ogechter dit :

        J’ai aussi un projet qui pourrait ressembler à de la fantasy. Mais pour moi, c’est un polar qui ne peut se dérouler que dans un monde fantastique médiéval. Sans sous-espères sapiens inconnues non plus.
        Mais globalement, pour 50 romans de fantasy, j’en ai trouvé à peine deux ou trois qui valaient le temps que j’ai investi en eux.

Répondre


Attention : Les commentaires dont le nom/pseudonyme est trop anonyme (ex. : « anonyme » et ses déclinaisons) seront supprimés.