Écriture & Édition par Jean-Basile Boutak

Cela faisait longtemps que je prévoyais d’écrire cet article, mais quelques jours de vacances sans vie cybernétique m’ont décidé à mettre la menace à exécution. Car quand je dis que j’étais privé de tout appareil électronique, de toute connexion internet, ce n’est pas tout à fait vrai. J’avais tout de même un smartphone ! Et dans ce contexte-là, trois applications sont sorties du lot : Evernote, Antidote et Dropbox. Ces trois logiciels ont quelque chose en commun – en plus d’être utile à celui qui écrit – : ils sont tous disponibles pour Windows, PC, Linux et Smartphone ! Donc, quel que soit votre équipement, ne fuyez pas, cet article vous concerne forcément. Comment ça, je ratisse large ?

Evernote

Comme son nom l’indique, Evernote est un logiciel de prise/gestion de notes. Son interface n’est pas particulièrement révolutionnaire – vous créez des « carnets » pour y ranger vos différentes notes –, mais tout y est : texte avec mise en forme, possibilité d’incorporer sons et images, de joindre un fichier, de partager tout ou partie des notes avec d’autres utilisateurs d’Evernote, étiquettes, recherches avancées, etc. Cela étant dit, la grande force d’Evernote est ailleurs : il est multiplateforme et offre la synchronisation via la création d’un compte gratuit. Vous êtes au lit avec votre tablette et une idée de personnage vous vient ? Hop, vous démarrez l’application, vous notez tout ce dont vous avez envie, et vous retrouverez la note demain sur votre ordinateur de bureau. Vous vous baladez sur la plage avec la femme de votre vie, et vous avez une révélation sur l’élément d’intrigue qui vous manquait depuis six mois ? Vous sortez votre smartphone de la poche, vous lancez l’application et vous insérez votre modification dans la note idoine. Et quand vous revenez du bord de la mer, vous trouvez la note mise à jour sur votre ordinateur portable.

L’application elle-même est gratuite, et la publicité présente est très discrète. Si vous voulez éliminer la réclame et profiter des avantages d’un compte premium (capacités de stockage en ligne augmenté, historique de chaque note, travail collaboratif, support amélioré, etc.), il vous en coûtera 45 $ (35 € environ) par an.

Antidote

J’ai déjà consacré un article à Antidote, mais comme je ne suis pas avare de mes mots, je vais vous en reparler ici brièvement.

Pour faire simple, Antidote est disponible grosso modo en deux éditions :

  • une version pour iPhone/iPad qui comprend des dictionnaires (définition, synonymes, citations, conjugaison, etc.) et des guides grammaticaux ;
  • une version pour ordinateur sous Windows/Linux/Mac qui comprend ces mêmes dictionnaires, mais aussi un puissant correcteur orthographique et des analyseurs syntaxiques (répétitions, verbes faibles, adjectifs & adverbes, etc.).

Ces logiciels sont de vraies mines d’or, mais ils ont un prix : 14,99 € sur iPhone, 19,99 € sur iPad et 119 € sur ordinateur.

Dropbox

Dropbox vous permet de sauvegarder vos fichiers en ligne, et de les synchroniser entre plusieurs machines. Des applications pour tablettes et smartphones sous Androïd et iOS sont également disponibles.

On n’insistera jamais assez sur l’importance des sauvegardes ! Je connais quelqu’un – chut, chut, pas de nom – qui a perdu la majeure partie de ses écrits récemment, en se faisant voler son ordinateur portable…

Un service de backup en ligne est sans aucun doute le moyen le plus sûr de sauvegarder ses fichiers, contrairement à certaines idées reçues. Les sociétés qui proposent ce genre de service sont spécialisées dans ce domaine, et la sécurité est leur préoccupation numéro 1. Ils possèdent sans doute plusieurs sauvegardes de vos fichiers, et sont très attentifs à leur confidentialité. Si demain, l’un d’entre eux est au coeur d’une gigantesque affaire de perte ou de vol de données, ils mettront la clé sous la porte dans le mois. Autant dire que vous ne courrez aucun risque à leur confier votre prochain chef d’oeuvre. Quand bien même une personne mal intentionnée s’introduirait sur les comptes utilisateur du prestataire, il y a une telle somme de données sur ces serveurs qu’il ne saurait où donner de la tête ! Et ce n’est certainement par votre roman qui l’intéressera…

Pour tester Dropbox (2 Go gratuits), merci d’utiliser ce lien qui me fera gagner un peu d’espace disque. En effet, à chaque fois que vous parrainez une personne, vous gagnez 500 Mo, dans une limite de 16 Go. Deux offres payantes existent : 50 Go pour 9,99 $ par mois, et 100 Go pour 19,99 $ (soit respectivement 7,50 € et 15 €). Il y a fort à parier que les tarifs baissent dans les semaines à venir, grâce ou à cause de la concurrence qui se fait rude.

Google Drive et SkyDrive (entre autres) proposent des services similaires, moins cher, mais qui me semblent pour l’instant moins efficaces.

Evernote, Antidote et Dropbox sont vraiment les trois must-have de l’auteur informatisé, quel que soit son matériel. Je reviendrai prochainement sur de nouvelles applications, sans doute davantage orientées Mac, mon système de prédilection.

À cette heure, 12 Réponses à ce billet.

  1. Llu dit :

    Étudiante, ce sont des outils que j’utilise régulièrement (à l’exception d’Evernote en fait).

    Une remarque à propos de Google Drive, Anthony Nelzin fait remarquer ici un très gros moins : http://metrozendodo.tumblr.com/post/21775577507/google-drive
    Le problème de l’export de ses écrits :/

    • jbb dit :

      Merci de ton commentaire. Anthony Nelzin est toujours de très bon conseil 😉 Et je partage aussi quelques réserves quand à l’utilisation de nos fichiers par Google, qui contrairement à Dropbox, vit de l’exploitation commerciale de nos données. En plus, j’ai testé Google Drive hier : c’est lent et ça plante allègrement.

      • Llu dit :

        Rien pour plaire donc ! 🙂

        En règle générale, j’essaie de ne pas mettre mes œufs dans le même panier. Google a déjà mes emails et mes recherches, il n’a pas besoin d’en savoir plus.

  2. Je m’interroge toujours sur les clauses de propriétés des textes que l’on sauvegarde sur Dropbox…

    • jbb dit :

      Pourquoi ? Il y avait eu un faux scandales il y a quelques mois et Dropbox avait mis les choses au clair. Ils n’ont aucun droit de propriété et encore moins d’exploitation des textes. Je me fais plus de soucis sur les droits que Google s’octroie sur son Drive.

  3. LETRANGE dit :

    Bonjour et merci pour les informations sur l’écriture numérique au milieu de l’agora du web Google et autres si j’ai bien compris.
    En voulant organiser mes idées d’auteur grâce aux outils du web, je prends un risque énorme d’être plagié sur le champ.
    Et comme je tiens évidemment à protéger mes créations pour leur édition ultérieure ; je reviens à mes bons vieux classeurs A4 pour organiser les chapitres de mes livres avant de les développer sur mon traitement de texte.

    Bonne continuation et cordiales salutations.
    Romain L.

    • jbb dit :

      Merci de votre commentaire.

      La crainte d’être plagié est courante chez les auteurs – c’était moi-même une de mes craintes, lorsque j’ai commencé à m’intéresser à l’écriture –, mais je me souviens de l’interview d’un spécialiste qui disait qu’en réalité, c’était extraordinairement rare.

      Je pense qu’il est dommage de se priver du côté pratique de certains outils informatiques par peur d’être plagié. Le jeu n’en vaut pas la chandelle. Vous avez largement plus de chances de perdre votre classeur (dans un incendie, à cause d’une inondation, un vol, une maladresse, un geste mal intentionné) que de vous faire pirater vos fichiers sur un service de backup comme Dropbox.

      A partir du moment où l’on ne met pas ses écrits intégralement en ligne sur un espace public, il n’y aucun risque. Surtout si on n’est pas Marc Levy ou JK Rowling.

  4. desienne dit :

    J’utilise Evernote pour pas mal de choses. Très utile et excellente synchro également.
    Antidote : excellent outil. J’utilise aussi.
    Dropbox, pas installé, j’ai mon propre cloud perso via le synology, mais j’y pense pour quand je suis en extérieur.

    • Jean-Basile Boutak dit :

      T’es sûr que Synology c’est du Cloud ? Ce serait plutôt un NAS, non ? Le disque est chez toi, donc si ta maison crame ou prend la flotte, tu perds tes données 🙂 Je veux pas faire l’oiseau de mauvaise augure, hein ! L’avantage de Dropbox, c’est que c’est déporté chez eux, et qu’en plus, ils doivent avoir des sauvegardes de leurs serveurs.

  5. Bonsoir
    Jamais entendu parler de Framapad ?
    Essayez. Marche bien.

Répondre


Attention : Les commentaires dont le nom/pseudonyme est trop anonyme (ex. : « anonyme » et ses déclinaisons) seront supprimés.