Écriture & Édition par Jean-Basile Boutak

Pour moi, l’aventure Numériklivres s’arrête aujourd’hui, après plus de dix mois comme responsable de la collection « noir c’est noir ». Dix mois riches en enseignement, en rencontres, en dialogue, en boulot.

Pourquoi m’en aller ?

Parce que je suis lent, et que je n’ai pas le temps de faire les choses comme je l’entends, suffisamment bien pour être à l’aise avec le job. Jean-François veut que ça avance vite, je le comprends, mais je n’en ai pas la capacité, alors je préfère passer à autre chose et le laisser aller à son rythme.

Parce qu’il y a sans doute une petite incompatibilité de caractère. Ça arrive, c’est de la faute de personne, et je préfère qu’on se quitte bons amis plutôt qu’en mauvais termes.

Parce qu’être responsable de collection, ça prend beaucoup de temps et ne rapporte rien – je veux parler d’argent. Ou dix balles et un mars. Personne n’est encore devenue riche avec l’édition numérique en France, et ça n’arrivera pas dans les mois à venir, je pense.

Aucune de ces raisons n’est suffisante en elle-même, mais les trois réunies me poussent à prendre cette décision.

Je vais regretter certaines choses : l’excitation lié à la découverte d’un bon manuscrit, la stimulation intellectuelle procurée par le travail avec l’auteur, la joie d’en découvrir le résultat sur les e-librairies et de lire les retours de lecteurs satisfaits. J’ai aimé le boulot en lui-même. Peut-être y reviendrai-je, dans d’autres conditions ? La porte n’est « définitivement pas fermée ».

Je remercie très sincèrement Jean-François pour l’opportunité qu’il m’a offerte, et la confiance dont il a fait preuve. C’était un beau cadeau. Je lui souhaite en retour toute la réussite qu’il mérite, lui, Numériklivres, et tous ceux qui y participent de près ou de loin. Il y a Anita la directrice littéraire, il y a de bons auteurs, il y a du savoir-faire, et le dynamisme dont fait preuve tout ce petit monde – le patron en tête – est indéniable et force le respect.

Bon vent à vous !

À cette heure, 15 Réponses à ce billet.

  1. Tipram Poivre dit :

    Je suis certaine que vous reviendrez bientôt à l’édition parce que vous avez l’amour des livres. En attendant, continuez, s’il vous plaît, de nous faire bénéficier de votre plume et de vos lectures.

    Bien amicalement,

    Tipram

  2. Jeanmi dit :

    Tous les éditeurs m’ont dit: « Les nouvelles en France ne se vendent pas », tous sauf un éditeur en ligne qui a pris mon manuscrit. Bilan 10 téléchargement = 4€ de droits. Etant par nature pugnace je suis passé à l’auto-édition. Bilan 250 ex. Fatigué je suis passé au polar, là j’ai trouvé un éditeur qui m’en a déjà publié 2. Encouragé je lui ai donné à lire mes nouvelles = Bide ! Finalement un nouvele éditeur en ligne vient de me faire signer un contrat, il est basé aux US, j’attends la sortie pour janvier, on verra bien ce qui en sortira. Cela dit tous les éditeurs (y compris le mein Corsaire éditions) ont déjà numérisé leur catalogue.

  3. Tipram dit :

    Je crois que je préfère de beaucoup l’ancienne version.

    Mon commentaire est HS, mais je ne sais où le mettre.

    Tipram

    • jbb dit :

      Ce n’est pas très grave pour le HS 🙂

      Eh bien, vous êtes la première à préférer l’ancienne version pour le moment. J’ai plutôt eu un son de cloche contraire. Et bien entendu, si j’ai changé, c’est que je préfère cette version à l’ancienne.

      Pourriez-vous m’expliquer pourquoi vous préfériez l’ancienne version ? Il y a peut-être des choses que je pourrai améliorer au fil du temps.

      De toute manière, c’est un nouveau design avant le prochain. Il est bon de changer un peu de temps en temps, au gré des envies et des humeurs. J’étais arrivé à un moment où, d’une certaine manière, je n’avais plus l’impression d’être réellement chez moi.

      • Tipram dit :

        Je ne sais pas trop comment expliquer. Je dirais que l’ancienne me semblait plus « lumineuse » et structurée. Ce n’est qu’une impression, et je ne suis certaine que ces qualificatifs soient d’une grande aide.
        Quoiqu’il en soit, vous avez bien fait de changer puisque vous ne vous sentiez plus chez vous. Car c’est là un facteur extrêmement important. Je continuerai bien entendu à vous suivre fidèlement.

        Tipram

        • jbb dit :

          « Étrange » sentiment en effet. Pour la luminosité, j’ai gardé le fond, et le nouveau contenu reste sur une page blanche avec des nuances de vert. La colonne de droite est gris clair alors qu’elle était blanche, en revanche.
          Ce que j’aime dans ce nouveau design, c’est que c’est beaucoup plus « graphique » que l’ancien. Mais ça participe peut-être au sentiment du « moins lumineux ».
          Je suis heureux que ça ne vous dissuade pas de venir 🙂

  4. […] : J'ai depuis quitté Numériklivres, comme je m'en explique dans ce billet] J’ai découvert la lecture numérique avec Numériklivres : le premier ebook que j’ai […]

  5. […] Une chose en entrainant une autre, j’ai eu la chance de me voir confier la direction d’une collection de polars chez Numériklivres (j’en profite pour rappeler que je suis toujours à la recherche de manuscrits). [MAJ : J'ai depuis quitté Numériklivres, comme je m'en explique dans ce billet] […]

  6. […] : J'ai depuis quitté Numériklivres, comme je m'en explique dans ce billet] Nous y sommes, le premier titre de la collection « Noir c’est noir » est disponible […]

  7. […] : J'ai depuis quitté Numériklivres, comme je m'en explique dans ce billet] Cela fait aujourd’hui un peu plus de deux mois que je suis responsable de la collection […]

  8. […] : J'ai depuis quitté Numériklivres, comme je m'en explique dans ce billet] Cinquième titre de la collection « Noir c’est noir » et cinquième […]

  9. […] : J'ai depuis quitté Numériklivres, comme je m'en explique dans ce billet] Publié hors collection il y a plus d’un an — autrement dit à l’âge […]

  10. […] : J'ai depuis quitté Numériklivres, comme je m'en explique dans ce billet] Les titres de la collection « noir c’est noir » se suivent, mais ne se ressemblent pas. […]

  11. […] : J'ai depuis quitté Numériklivres, comme je m'en explique dans ce billet] Le Dernier juge de ma vie est un texte plein de curiosité. Tout d’abord, il s’agit […]

  12. […] : J'ai depuis quitté Numériklivres, comme je m'en explique dans ce billet] Le Guide du fan de polar est un titre à part dans « noir c’est noir », une sorte de […]

Répondre


Attention : Les commentaires dont le nom/pseudonyme est trop anonyme (ex. : « anonyme » et ses déclinaisons) seront supprimés.