Écriture & Édition par Jean-Basile Boutak

Le GGG est en vérité plus qu’un guide des éditeurs de Science-Fiction, de Fantastique et de Fantasy (SFFF pour les non-initiés) : c’est un véritable coup de main, un mémo des plus utiles aux nouveaux auteurs – et aux autres ! Il est réalisé par le collectif de bêta-lecture Cocyclics, et édité par Les Tremplins de l’imaginaire, association issue du forum. Il bénéficie de tout le savoir des auteurs y participant, et des relations nouées par ceux-ci avec des éditeurs et des écrivains reconnus.

Quand je dis que le GGG est plus qu’un guide des éditeurs, je ne joue pas sur les mots… Bien sûr, la majeure partie de l’ouvrage est consacrée à l’annuaire des maisons spécialisées, mais ce n’est pas tout. Tel un appétissant sandwich, celui-ci est pris entre deux couches d’informations utiles, pour ne pas dire indispensables.

Cela commence par les « quelques conseils de JC Dunyach avant d’envoyer son manuscrit ». Au menu du célèbre écrivain : mise en garde sur l’édition à compte d’auteur, quelques mots sur l’autoédition puis sur le compte d’éditeur ; des infos pratiques pour mettre toutes les chances de son côté lorsque l’on veut se faire éditer à compte d’éditeur ; et enfin une explication de la machine éditoriale. Cindy Van Wilder prend ensuite le relais et propose un panorama des genres de l’imaginaire. La chaîne du livre est ensuite expliquée en détail, et l’on apprend à décrypter le jargon de l’édition.

Vient alors le gros de l’ouvrage : l’annuaire des éditeurs de SFFF. Chaque fiche (il y en a environ une centaine) comporte le nom de la maison d’édition, son année de création, le nombre de titres publiés, les genres recherchés, le public visé, les collections spécialisées, l’ouverture aux jeunes auteurs, la taille de manuscrits désirée, la possibilité de séries – très prisée par les auteurs de Fantasy notamment –, les informations pratiques de soumission, les coordonnées de l’éditeur et le délai de réponse. De quoi effectuer une première sélection, à double titre oserai-je dire : vous pourrez vérifier si votre manuscrit a des chances de s’insérer dans une collection de l’éditeur en question, et c’est un premier contact avec celui-ci. En fonction de la manière dont il aura répondu au questionnaire – avec humour, par-dessus la jambe ou pas du tout – et de ses réponses – conditions de soumissions, délais et types de réponses données aux auteurs, passion pour un genre –, je suis certain que vous aurez plus ou moins (voire pas du tout) envie de travailler avec lui. Étonnant comme un simple questionnaire peut en dire beaucoup sur une maison : à titre personnel, j’ai trouvé de grands éditeurs plutôt sympas et de plus petits plutôt arrogants, voire ridicules.

L’annuaire des éditeurs s’achève par une double page à propos des éditeurs auxquels les auteurs auraient pu penser, mais à qui il est pourtant inutile d’envoyer un manuscrit : maisons ne publiant pas de SFFF ou dont les soumissions sont fermées.

Enfin, le guide se conclue par une collection d’une dizaine de points de vue d’auteurs sur « Qu’est-ce qu’écrire pour la jeunesse », d’une autre dizaine de témoignages de primo-romanciers à propos de leurs débuts, et d’une brève présentation du collectif Cocyclics.

Cette petite bible est vendue – ici – 5 € au format papier (couverture cartonnée, marque-page offert), 3 € en numérique (PDF), et 7 € pour les deux. Si vous souhaitez le format papier, il faut ajouter 1 € de frais de port. Voilà un achat qui sera rapidement rentabilisé ! Le contenu est extrêmement pertinent et la majorité des conseils s’adressera à tous les auteurs en herbe, quels que soient leurs genres de prédilection.

À cette heure, 5 Réponses à ce billet.

  1. Jartagnan dit :

    Comment ai-je pu passer à coté de ce genre de bible… Merci pour ton article 😉

  2. Tipram Poivre dit :

    Savez-vous quand la version epub sera disponible ?

    Tipram

    • Jean-Basile Boutak dit :

      J’espère leur livrer à la fin du mois, mais je ne sais quand et comment ils vont la distribuer. Je leur ai soumis l’idée de l’envoyer aux acheteurs de la version numérique PDF, et de demander à un éditeur numérique de diffuser cette version ePub. Je ne sais pas encore quel est leur plan, et s’ils le savent eux-même. Peut-être attendent-ils de voir ce que va donner cet ePub…

  3. Tipram Poivre dit :

    Vous voulez bien me tenir au courant, quand vous en saurez plus ?

    Merci d’avance.

    Tipram

Répondre


Attention : Les commentaires dont le nom/pseudonyme est trop anonyme (ex. : « anonyme » et ses déclinaisons) seront supprimés.