Écriture & Édition par Jean-Basile Boutak

Couverture de EnterpriseJ’ai longtemps été un fanatique de Star Wars – non, non, je n’ai pas fait d’erreurs, ni ici ni dans le titre. Quand je dis fanatique, j’entends avoir les films en VHS (en français puis en VO), en DVD, acheter des jouets franchisés bien après l’âge inscrit sur la boîte, aller voir les nouveaux épisodes au cinéma un nombre de fois indécent, lire un certain nombre de romans de l’univers étendu, jouer aux jeux vidéo, etc. Mais depuis quelques années, la fièvre est passée. Je confesserais aujourd’hui ne pas avoir vu l’un des films depuis longtemps, très longtemps. Pourquoi parlé-je de Starwars alors qu’il est question de Star Trek ? Parce qu’on oppose souvent les deux univers, comme si on ne pouvait pas vraiment être des deux bords.

Parallèlement à ce « désamour » pour la création de George Lucas est né de la curiosité pour l’univers de Star Trek. Bien sûr, je connaissais un peu depuis que j’étais gamin : ma mère m’avait fait regarder la série quand elle fut diffusée pour la première fois en France, dans la deuxième moitié des années 80 (soit 20 ans après sa création, car oui, Star Trek est bien antérieur à Star Wars, d’une bonne dizaine d’années). J’avais apprécié, malgré mon jeune âge, mais je m’en suis ensuite désintéressé pour une raison inconnue, et c’est à peine si j’ai su que d’autres séries avaient été produites. Je ne saurais pas plus dire pourquoi j’y suis revenu il y a quelques mois – un peu plus d’un an en vérité. Bien que Star Trek soit avant tout une série, j’ai commencé par acheter un à un les dix films tirés de la franchise. Cela fait et ceux-ci vus, j’ai naturellement eu envie de découvrir les séries – j’adore les séries TV –, et en me renseignant, j’ai découvert qu’il n’en existait pas moins de 5 ! Comment faire un choix ? Chacune a ses adeptes, même si un consensus semble se faire autour de la grande qualité de Deep Space 9… J’ai donc décidé de regarder les séries dans l’ordre chronologique de l’univers. Paradoxalement, j’ai donc commencé par la dernière série produite : « Star Trek : Enterprise ».

Je dois avouer qu’en achetant le coffret, je n’étais pas convaincu, pour deux raisons.

D’abord, le casting. Adolescent, j’avais aimé Scott Bakula dans Code Quantum, mais j’avais du mal à l’imaginer comme capitaine d’un vaisseau spatial : ce type a trop une tête de mec gentil ! Eh bien, je ne sais pas si c’est Scott Bakula qui a été choisi pour le rôle ou le rôle qui a été taillé pour lui, mais les scénaristes en ont tiré parti, pour en faire un capitaine de l’Enterprise atypique. Tout au long de la série, alors qu’on sait dès le départ que son personnage n’est pas capitaine pour assouvir un désir de commandement mais pour des raisons plus intimes et personnelles, on le voit petit à petit prendre la mesure de ses obligations de capitaine, et le devenir.

Mais le capitaine Jonathan Archer n’est pas le seul personnage réussi de cette série, et Scott Bakula le seul bon acteur. Je dirais même qu’il est surpassé par deux de ces camarades :

  • Par le docteur du vaisseau, brillamment interprété par John Billingsley. Le Dr Phlox est un extraterrestre – l’un des deux seuls de l’équipage – d’un naturel toujours avenant, optimiste, curieux. En dépit de son apparente bonhommitude, il est le Jiminy Criquet de la mission. Il est souvent la conscience éthique et celui qui ouvre les esprits.
  • Par l’officier en second, T’Pol, une vulcaine – l’autre extraterrestre de l’équipage – jouée par Jolene Blalock. Je veux croire que son physique avantageux l’a paradoxalement desservie jusqu’à maintenant dans sa carrière, car son interprétation est absolument formidable, et j’ai du mal à comprendre qu’elle n’ait pas eu de grand rôle au cinéma. Son personnage est malmené du début à la fin, tiraillé entre ses origines et son devoir/ses amis. Elle est à la fois proche du personnage de Spock et complètement différent. Beaucoup plus attachante bien que davantage maîtresse de ses émotions.

Ensuite, j’étais assez dubitatif sur la crédibilité d’une série créée en 2005 se voulant chronologiquement antérieur à celle de 1965 dans l’histoire de l’univers Star Trek.

En vérité, on oublie cela bien vite, et si l’on fait abstraction des effets spéciaux considérablement plus réussis dans Enterprise que dans la série originale, le pari semble gagné. Dans la dernière saison, les créateurs de la série se payent même le luxe d’un épisode se passant dans un vaisseau de la même époque et de la même classe que l’Enterprise de James T. Kirk. Et on n’a absolument pas le sentiment que les personnages font un bon dans le passé, au contraire !

Pour donner cette impression, les décors de Enterprise ont été rendus plus proches que ce que nous connaissons, en utilisant des technologies moins éloignées et futuristes. On voit par exemple que la télétransportation n’en est qu’à ses débuts, qu’elle est aussi crainte que le train à une époque, et que les personnages lui préfèrent bien souvent la navette.

Une autre des grandes qualités de cette série Star Trek est d’avoir remis l’exploration spatiale au centre de l’histoire, même si les combats prennent de plus en plus de place au fil des saisons. Les fans y trouveront également leur compte, car les épisodes sont notamment riches d’informations sur les vulcains, qui sont alors assez différents de ceux de la série originale.

La série est donc globalement de très bonne facture, et certains scénarios sont tout simplement excellents. Je pense notamment à un épisode à petit budget qui se passe intégralement dans une navette de transport, avec deux personnes secondaires de la série… Ou à un autre qui pose la question de la bioéthique. Ou encore à un autre qui traite de la place des femmes dans nos sociétés, et de leur réel pouvoir.

Star Wars a peut-être quelque chose de plus poétique, de plus chevaleresque (forcément), mais aujourd’hui, je me semble plus proche des questions que soulève Star Trek, de ce genre de Science-Fiction là. Car si je suis certain qu’on peut aimer les deux – j’aime moins Star Wars qu’hier, mais je n’ai développé aucune aversion –, je pense qu’il n’y a en revanche pas grand-chose de commun entre ces deux univers, si ce n’est le mot « Star ».

À cette heure, 7 Réponses à ce billet.

  1. Eric Calatraba dit :

    Et Cosmos 1999 ? Tu les as vu ? J’adorais ça.

    • Jean-Basile Boutak dit :

      Ah, Cosmos 1999, avec Martin Landau… Quand j’étais adolescent, je voulais m’acheter l’intégrale de la série, mais elle coûtait 200 € ! Elle est aujourd’hui beaucoup plus abordable (40 €), et je pense que je vais me laisser tenter bientôt.
      Ce dont je me souviens le plus, à vrai dire, c’est le générique. Mais c’était à peu près la même chose concernant la série originale de Star Trek, que je suis en train de regarder, et donc, de redécouvrir.

  2. desienne dit :

    J’avais beaucoup apprécié la série en me demandant, avant de la découvrir, ce que ça valait dans le fond, si ce n’était pas du réchauffé. J’étais aussi dubitatif.
    En fait, les situations sont plutôt originales et les personnages mieux travaillés et certains sont très réussis (surtout les aliens).
    Et remettre l’exploration au centre des histoires est à mon sens la clef de la réussite.

    • Jean-Basile Boutak dit :

      Je partage ton analyse.

      Je suis en train de regarder en parallèle « The Original Series » et « The Next Generation ». TOS a de bons scénarios mais n’est pas assez feuilletonante – ça s’arrange un peu dans la deuxième saison – et trop anthropocentrique/anthropomorphique (à cause des moyens de l’époque, en partie). Quand à TNG, je n’en suis qu’au début, mais je n’ai pas l’impression qu’elle soit autant axées sur l’exploration que « Enterprise ». Il y a un côté découverte très réussi dans cette dernière série.

  3. Jerome Dumont dit :

    J’ai acheté les coffrets DVD d’Enterprise au moment de sa diffusion, donc après avoir visionné toutes les séries next-gen de ST.
    Même si une bonne partie des fans n’ont pas suivi, je trouvais que cette série aurait mérité plus que 4 saisons, et même si je ne suis en général pas grand fan des prequels, la richesse de l’univers a donné un bon relief à la série.
    Oui Archer est un drôle de capitaine, comparé à Kirk, Janeway, Picard ou même Sisko, et je dirais que ce sont plus les seconds rôles qui ont du tempérament – enfin, ça fait un bout de temps que je n’ai pas revu la série.

    Tu devrais aimer les autres séries, même si les TNG ne démarre d’après moi qu’à la 3e saison, Voyager met aussi du temps à se mettre en place. Et DS9 a parfois des allures de soap, mais les deux dernières saisons sont épiques !

    • Jean-Basile Boutak dit :

      Merci Jérôme pour ton commentaire.

      Pour TNG, je viens d’attaquer la troisième saison. Je constate déjà une certaine évolution par rapport à la saison 1, dans l’écriture de la série. Elle s’éloigne petit à petit de la série originale. J’ai acheté DS9, mais je n’ai regardé que le premier épisode pour le moment. Il me reste à acheter Voyager. Donc encore beaucoup de visionnage trekien devant moi 🙂

Répondre


Attention : Les commentaires dont le nom/pseudonyme est trop anonyme (ex. : « anonyme » et ses déclinaisons) seront supprimés.