Écriture & Édition par Jean-Basile Boutak

Couverture de « Le Grand Plongeon »

François Bon, l’écrivain et éditeur à l’origine de la maison d’édition numérique (et depuis quelque temps, également papier en impression à la demande) Publie.net a eu la gentillesse de m’accueillir sur nerval.fr, son magazine de fiction et littératures en ligne.

C’est un beau projet que celui-ci : propulser des textes courts, entre 2000 et 4000 mots, de tous genres, de tous horizons, de toutes voix. Comme je le disais dans mon précédent article, le numérique se prête particulièrement bien à l’exercice et, avec une telle longueur, quel que soit l’appareil de lecture. On peut espérer que nerval.fr participe au renouveau de la nouvelle, que le « genre » sorte du cercle restreint des amateurs, comme cela a été le cas par le passé, notamment dans la SF.
Avis aux auteurs de tous bords : François Bon est à la recherche de texte, et particulièrement – mais pas seulement – hors France. Tous les genres sont acceptés. La page de soumission est ici.

Mais revenons à mes moutons. Le premier texte que j’ai proposé à François s’intitule Le Grand plongeon. Il s’agit d’une expérimentation, d’une tentative – d’aucuns la trouveront parfois extrême – de lâcher-prise.

Qu’est-ce que j’entends par là ? Eh bien il y a des apprentis auteurs, dont je suis, qui se soucient lorsqu’ils écrivent de la manière dont les lecteurs (et en particulier leurs proches) vont réagir à leurs mots et aux idées issues de leur imagination. Particulièrement lorsqu’il s’agit de vulgarité, de sexe et de violence. Vont-ils s’inquiéter ? Nous regarder de travers ? Assimiler le personnage à son auteur. C’est pourtant important de pouvoir s’affranchir de cette crainte, si l’on veut développer ses idées du mieux possible. Il y a de tout cela dans la vraie vie. Le Grand plongeon, c’est donc aussi le mien.

Le Grand plongeon est disponible pendant trois semaines en consultation libre à cette adresse. Ensuite, il faudra être abonné (15 € par an, ou compris dans l’abonnement Publie.net) pour en profiter.

Âmes sensibles s’abstenir.

Répondre


Attention : Les commentaires dont le nom/pseudonyme est trop anonyme (ex. : « anonyme » et ses déclinaisons) seront supprimés.