Écriture & Édition par Jean-Basile Boutak

Bannière « La dédicace du livre numérique »

Si vous suivez le compte Twitter ou Facebook de Numeriklivres (ou simplement l’un des auteurs de cette maison), ou que vous lisez Actualitté, vous n’êtes sans doute pas passé à côté de cette information : l’éditeur a mis en place un service de dédicace. Comment cela fonctionne-t-il ? Le lecteur s’inscrit sur une page, et il reçoit quelques jours plus tard par La Poste un flyer dédicacé de l’auteur de son choix, aux couleurs de l’ebook de ce dernier. Seuls quelques auteurs sont disponibles pour le moment, mais le système est visiblement destiné à être systématisé lors des prochaines parutions de l’éditeur. C’est une initiative intéressante, et qui a le mérite de répondre à un besoin sur lequel les éditeurs numériques sont souvent interpellés, que ce soit par les lecteurs ou les auteurs.

Néanmoins, et sans que cela amoindrisse le moins du monde le mérite de Numeriklivres, des auteurs isolés avaient tenté l’expérience il y a environ deux ans (Jiminy Panoz et Olivier Gechter par exemple). Cela veut donc dire que pendant ce laps de temps, nous n’avons guère évolué sur la question. N’y a-t-il pas d’autres alternatives ? J’en vois bien au moins trois.

On pourrait par exemple imaginer que les auteurs les plus à l’aise avec l’outil informatique apprennent les rudiments de la réalisation de fichiers ePub, pour pouvoir insérer une page de dédicace – scan d’une feuille ou image réalisée à l’aide d’une tablette graphique – dans les ebooks de leurs lecteurs. On pourrait même rêver qu’un développeur malin propose une application à laquelle il suffirait de donner en entrée l’ePub et l’image, et qui nous sorte le livre numérique dédicacé sans avoir à mettre les mains dans le cambouis. EDIT du 6/01/2015 : Mon nom est mentionné sur le site de Dedee, alors je vais mettre les choses au clair – d’autant plus qu’on m’a déjà contacté au sujet de ce logiciel. J’ai eu l’occasion de tester ce logiciel de dédicace d’ebook (Windows/Mac) pendant quelques semaines. C’est plutôt stable, ça fait le job très honnêtement. Mon principal reproche : une interface un peu trop « Windows », un peu trop rigide dirons-nous. Je vous aurais vivement encouragé à y jeter un coup d’œil s’il y avait eu une version de démonstration, mais ça ne semble pas être le cas. Dommage, car même si le prix est habituel pour un logiciel de type « shareware » (le terme est démodé, cela étant dit), je n’achète pour ma part jamais sans tester, et il m’est impossible de vous dire : « achetez-le les yeux fermés ». Il ne me semble pas assez extraordinaire pour cela : il conviendra à certains et pas à d’autres, je pense. Concernant le développeur, je n’ai aujourd’hui plus aucune relation avec lui (suite à des différends rédhibitoires à mes yeux, non liés à ce logiciel). Mais il y a des inconvénients à cette solution. Tout d’abord cela ne concerne que les fichiers sans DRM. Ensuite, cela exclut l’ebook en question des avantages proposés par les grands e-libraires : « sauvegarde » de la bibliothèque, et parfois de ses annotations – c’est un peu moins vrai pour Amazon, mais le Mobi pose d’autres problèmes.

La solution serait peut-être alors de régler le problème au niveau de ces e-libraires : je ne cesse de m’étonner qu’Amazon ne propose pas encore un service de dédicace à ses auteurs, au moins via KDP pour les autoédités. Le fonctionnement pourrait être similaire à l’application susmentionnée. Amazon ajouterait un bouton « Acheter un exemplaire dédicacé » sur ses fiches, et lorsqu’un client choisirait cette option, un mail serait envoyé à l’auteur, qui devrait uploader une image de la dédicace. Amazon assemblerait ensuite le livre numérique, et l’enverrait sur le Kindle du client.
Mais cette solution serait très difficile à mettre en place pour les titres des éditeurs, car cela demanderait de profonds changements chez les distributeurs et les éditeurs pour faire le lien entre le lecteur et l’auteur.
Bref, encore une solution qu’il serait difficile de généraliser. Cette seconde solution aurait aussi l’inconvénient de réduire à la portion congrue l’échange entre l’auteur et ses lecteurs.

Ce qui m’amène à une troisième idée : l’ajout d’une fonction de dédicace au niveau des logiciels de lectures sur les liseuses et les tablettes. Alors que les liseuses sont maintenant pratiquement toutes tactiles, cela ne demanderait pas un gros travail de développement, la dédicace pouvant être considérée comme une « annotation » et sauvegardée comme telle chez les e-libraires. Il me semble que certains appareils proposent même depuis longtemps (Sony) des applications rudimentaires de dessins, donc rien d’impossible de ce côté-là non plus. Qu’attendent donc les fabricants de liseuses, Amazon, Kobo et Apple en tête ? Mystère. La balle est chez eux, et nous, auteurs, éditeurs, lecteurs n’y pouvons rien.
Vous me direz : cette solution a l’inconvénient de nécessiter une rencontre physique entre l’auteur et le lecteur. Je vous répondrai : tant mieux ! Je suis convaincu que le numérique doit maintenant sortir du carcan d’internet pour se développer et passer à la vitesse supérieure.

Avez-vous d’autres suggestions ? Quel est votre avis sur le sujet, en tant que lecteur, en tant qu’auteur, en tant qu’éditeur ?

En ce qui me concerne, je trouve l’idée des cartes postales et des flyers très sympas, je garde précieusement celles et ceux que j’ai reçus, mais je trouve « illogique » de dissocier physiquement la dédicace et le texte.

La photo de cet article représente ma collection personnelle de dédicaces : Le Roi Machine de Jean-Marie Apostolidès, la carte de Jiminy Panoz, Le Livre des révélations de Rob Swigart, la carte d’Olivier Gechter et Le Zoo des légumes de Martin Page.

À cette heure, 3 Réponses à ce billet.

  1. Lesdedicaces dit :

    Bonjour,
    C’est en effet une question à laquelle nous nous intéressons aussi. Et qui semble plus complexe qu’il n’y paraît, la faute certainement aux différents formats, et au sacro saint « format propriétaire ».
    Une startup, aux Etats-unis notamment, est relativement avancée sur le sujet, qui propose une solution brevetée : autography.com. Il ya aussi pour les livres kindle authorgraph.com, initiative d’un ancien Amazon.

    Et lors de la 1ère enquête nationale que nous avons menée le mois dernier sur les rencontres-dédicaces et dont les résultats seront donnés cette semaine, nous notons qu’aucune librairie n’a vu dans ses murs de dédicace numérique. Le chemin est donc encore long, semé d’embûches, tant du côté des utilisateurs et utilisatrices que des maisons d’édition ou des auteur-e-s…
    L’exception culturelle ? 🙂

    • Jean-Basile Boutak dit :

      Merci pour votre commentaire éclairé – puisque la dédicace est visiblement votre spécialité.

      Je ne sais pas si c’est un effet de l’exception culturelle, mais je suis fasciné que nous n’ayons pas avancé sur la question en deux ans alors que c’est une demande qui revient très régulièrement sur la table, de chaque côté du livre numérique…

      Concernant l’absence totale de dédicace numérique en librairie, il faut dire aussi que très peu de libraires vendent de livres numériques… C’est dommage, j’adorerais acheter mes livres numériques au libraire le plus proche de chez moi.

  2. Kamash dit :

    « OXYMORON Éditions » qui publie mes ouvrages en papier et en numérique (sans DRM), a trouvé la solution en intégrant la dédicace dans le fichier ePub ou Mobi (juste après la couverture, comme sur un livre papier), sur simple demande.
    Bien sûr, cela implique que le lecteur achète son ePub (ou fichier Kindle), directement sur le site de l’éditeur et qu’il en fasse la demande lors de sa commande.

    Comme quoi, même les petits éditeurs peuvent innover.

    Cordialement.

Répondre


Attention : Les commentaires dont le nom/pseudonyme est trop anonyme (ex. : « anonyme » et ses déclinaisons) seront supprimés.